escalier de couleur

Chiffres clés du Baromètre de la générosité vision donateur 2022

Publié le 23.11.2022

Depuis 10 ans, les donateurs sont de plus en plus généreux mais ils sont de moins en moins, et de plus en plus âgés. Partant de ces constats comment allez plus loin pour prendre en compte ces évolutions et inventer la générosité de demain ? Le Baromètre de la générosité, avec sa nouvelle proposition d’analyse « vision donateur », apporte des éclairages inédits pour mieux analyser en finesse ces dynamiques et guider les organisations dans leur stratégie de collecte.

Y-a-t-il une évolution générationnelle des pratiques ? Le profil socio-économique des donateurs a-t-il évolué ? La fidélisation est-elle encore possible ? Quels impacts de l’évolution des techniques de collecte sur le visage de la générosité ces dernières années ? Autant de sujets évoqués le 22 novembre 2022 lors du Colloque de France générosités au cours duquel ont été révélées les principales tendances observées dans le Baromètre de la générosité « vision donateur » 2022.

Pour l’édition 2022, la vision donateur du Baromètre de la générosité, réalisé par Novos pour France générosités, se base sur les données de 2004 à juin 2022 issues de 37 associations et fondations membres de France générosités, représentant plus de 790 millions d’euros de dons et 4 millions de donateurs uniques (après déduplication) pour l’année 2021. Les données recueillies concernent les dons des particuliers, hors dons des personnes morales, legs, dons des fondations abritées, dons d’urgence et dons supérieurs à 250 k€.

L’intégralité de cette étude est réservée aux organisations souscripteurs et membres de France générosités, cependant nous vous livrons dans cet article les principales tendances observées.

 

Des disparités générationnelles

En 2021, la distribution de la générosité par âge des donateurs du Baromètre de la générosité indique un âge médian de 62 ans avec un pic à 75 ans, l’âge le plus représenté. En comparant cette distribution avec les données démographiques françaises, on constate que les donateurs sont beaucoup plus présents chez les plus âgés, avec un déficit sur les populations d’actifs, d’âges intermédiaires : environ 6% de pénétration des donateurs chez les Français de 35-55 ans (et jusqu’à 16% chez les plus âgés).

taux de pénétration par age - baromètre de la générosité vision donateur 2022

En complément, il est intéressant d’analyser l’effort donateur selon les différentes tranches d’âge. Et selon l’étude 2021 sur les dons déclarés 2020 de Recherches et Solidarités (à partir des données issues de la Direction générale des Finances Publiques) on observe que :

  • Les moins de 30 ans et les plus de 70 ans ont un effort de générosité assez similaire, correspondant respectivement à 2,4% et 2,7%.
  • En revanche, pour les personnes entre 40 et 49 ans, l’effort de générosité est de 1,5%, et pour ceux entre 50 et 59 ans, de 1,7%.

 

Une concentration des donateurs multi-organisations chez les plus âgés

En 2021, en regardant le poids moyen des donateurs uniques/ multiples au sein des organisations du panel du Baromètre de la générosité, on mesure qu’un peu plus de la moitié des donateurs sont multiples, et 35% sont présents sur 3 organisations et plus. Par ailleurs, nous constatons que plus les donateurs sont âgés et plus ils soutiennent un grand nombre d’organisations : 50% des donateurs multi-organisations (3 et +) ont plus de 75 ans.

donateurs multiples

 

Une concentration économique de la générosité vision donateur 2022

Selon le Baromètre de la générosité dans sa vision donateur, on constate qu’en 2021, 1% des donateurs les plus généreux représentent 22% de la collecte, alors que la moitié des foyers donateurs ne contribue qu’à hauteur de 12% de la collecte annuelle.

La générosité en France jusqu’alors se distinguait par l’existence d’un don « populaire ». Encore prépondérant dans l’ensemble de la collecte, il diminue cependant ces dernières années par la combinaison d’un pouvoir d’achat qui baisse chez les ménages aux ressources moyennes ou modestes et par une culture de la philanthropie qui se concentre parmi les plus hauts revenus.

concentration des donateurs - baromètre de la générosité vision donateur 2022

Une concentration géographique sur les métropoles et la région IDF

Selon l’édition 2021 du Baromètre de la générosité « vision donateur » (32 organisations, représentant plus de 645 millions d’euros de dons et 3 millions de donateurs uniques en 2020), plusieurs constats d’analyse des profils donateurs en fonction de leur lieu de vie :

  • Grande disparité des taux de pénétration des donateurs par département : des plus forts taux dans des zones très urbanisées (13,7% à Paris), dans le littoral atlantique et les départements frontaliers à l’Est qui s’opposent aux zones les plus rurales ou désindustrialisées.

répartition géographique des donateurs - baromètre de la générosité vision donateur 2022

  • La proportion de prélevés issus de recrutement en Face à Face atteint pratiquement 50% dans certains départements et ne dépasse pas les 20% dans de nombreux départements. Un mode de recrutement qui renforce les grandes agglomérations.
  • La part des dons DP réalisés sur le web approche les 40%, notamment à Paris, alors que cette proportion est encore inférieure à 50%

 

Vers des nouveaux comportements donateurs selon notre Baromètre de la générosité vision donateur 2022

Selon le Baromètre de la générosité vision donateur 2022, on constate sur les 5 dernières années de moins en moins de donateurs effectuant des dons ponctuels off line, avec une compensation partielle par la montée en puissance des donateurs en ligne. Concernant le recrutement, il apparaît que le renouvellement des donateurs s’appuie de moins en moins sur les pratiques de collecte traditionnelle (mailing postal) et de plus en plus sur Internet et les canaux de recrutement en prélèvement automatique. En 2017, 73% des recrutés provenaient de la collecte offline (DP OFF), ils ne sont plus que 55% en 2021 (-25%).

recrutement par canal - baromètre de la générosité vision donateur 2022

Cependant, en isolant les primo donateurs* on constate que cette acquisition correspond très souvent à des faux nouveaux (c’est à dire à des recrutés qui étaient déjà donateurs auparavant) : c’est la majorité des cas pour les recrutés offline, ça l’est beaucoup moins pour les recrutés digitaux, voire très peu pour les recrutés prélevés.

*On appelle primo donateurs, les donateurs ayant réalisé leur 1er don ou Prélèvement à une des organisations du Baromètre de la générosité, et n’ayant pas effectué de dons à aucune d’entre elles de 2004 à 2020.

En corollaire au recrutement, il est intéressant d’analyser la fidélisation par canal (en analysant les donateurs qui redonnent dans les 12 mois qui suivent leur 1er don). Là encore, de fortes disparités selon les types de dons, les médias avec notamment un taux moyen de fidélisation des recrutés en Don ponctuel en 2021 à 29,5% (contre 30% en 2016). Chaque nouvelle forme d’acquisition générant ses propres taux de consolidation.

 

De nombreux enjeux pour développer la générosité de demain

Toutes ces analyses révélant un changement inéluctable des profils et comportements des donateurs font entrevoir de nombreux défis à relever pour nos organisations faisant appel à la générosité du public à court, moyen et long terme : vers une approche centrée donateur, avec plus d’anticipation, plus d’innovation et plus de rationalisation…

 

Télécharger le PDF des chiffres clés du Baromètre de la générosité vision donateur 2022 en cliquant ici.

 


Toutes les études du secteur de la générosité à retrouver : Centre de ressources et pour recevoir les prochaines études, rendez-vous ici : Inscription Newsletter.

escalier de couleur inversé